Un livre de sagesse et de bien-être personnel

 

Education en matière de sexualité

 

Mon travail se concentre sur les questions d’avortement en Indonésie, et en tant que conseillère, j’ai constaté que moins d’éducation et d’information sur la sexualité et la santé reproductive conduit à des grossesses non désirées qui se terminent par un avortement. 

L’avortement non sécurisé est l’option courante pour les femmes en Indonésie, en particulier pour les femmes célibataires, les femmes des zones rurales et les femmes pauvres.

Sur la base de ces faits, l’atelier sur la sexualité et la santé reproductive et le groupe d’entraide est notre première étape pour fournir des informations et une éducation à ces femmes. Nous utilisons l’OBOS comme source pour l’atelier. Je n’ai jamais aimé lire un livre comme l’OBOS. J’adore ce langage car j’ai l’impression de lire un magazine – c’est tellement amusant !

Vous souvenez-vous de la première fois où vous avez lu “Our Bodies, Ourselves” ? Racontez-nous votre histoire !

Un changement commence par une démangeaison d’agir. Commencez par un atelier en 2009, et un an plus tard, moi et deux Américaines, Quinn Fuller et Jeannie Mc’Intosh, concevions le programme de notre première école de sexualité et de santé reproductive à Yogyakarta. Il s’agit d’une école de 16 jours/48 sessions pour 15 universitaires à Yogyakarta. Cette année, nous inviterons des universitaires non seulement de Yogyakarta mais de toute l’Indonésie. Encore une fois, l’OBOS a vraiment été utile et est devenu ma source préférée.

Ce que j’aime le plus d’OBOS, c’est qu’il donne aux femmes de nombreuses options, tout en les laissant décider de ce qui est le mieux pour elles. Non seulement il donne de l’information, mais OBOS aide les femmes à trouver la sagesse pour savoir ce dont elles ont besoin.

C’est une source d’information très utile.

Avant de quitter l’Indonésie, Quinn m’a donné son exemplaire d’OBOS. Pour moi, c’est plus qu’un cadeau, c’est un trésor et une bénédiction. Ce n’est pas seulement un cadeau pour moi, c’est un cadeau pour toutes les femmes avec lesquelles je travaille, pour tous les étudiants de l’école. Nous n’avons qu’un seul exemplaire de l’OBOS, mais de nombreux étudiants l’empruntent pour pouvoir le partager avec leurs communautés.

Il y a une grande différence entre les deux.

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn