Les nouvelles directives concernant les mammographies sèment la confusion, mais voici pourquoi elles sont sensées 

 

Les nouvelles directives du gouvernement recommandant aux femmes de commencer le dépistage du cancer du sein à 50 ans au lieu de 40 ont déclenché une série de critiques cette semaine et causé beaucoup de confusion chez les femmes à qui l’on dit depuis des années que le dépistage précoce sauve des vies.

Mais un certain nombre d’organisations de santé féminine, dont Our Bodies Ourselves, le National Women’s Health Network et Breast Cancer Action, avertissent depuis des années que des mammographies régulières ne diminuent pas nécessairement le risque de décès des femmes. Les femmes préménopausées, en particulier, sont invitées à considérer les risques et les avantages.

En fait, le NWHN a publié un document de position en 1993 recommandant de ne pas faire de mammographie de dépistage pour les femmes préménopausées. C’était une position très controversée à l’époque – encore plus qu’aujourd’hui. Le mouvement de défense du cancer du sein n’en était qu’à ses débuts et les efforts visaient à obtenir que Medicare et les compagnies d’assurance couvrent les mammographies.

Ce que le NWHN a constaté – et d’autres groupes ont depuis abondé dans son sens – c’est que les dangers potentiels du dépistage peuvent l’emporter sur les avantages pour les femmes préménopausées.

Cette déclaration est délicate, et d’après les mauvaises explications que j’ai vues et qui ne traitent pas spécifiquement des dangers potentiels, il n’est pas étonnant que les femmes soient frustrées. Certaines se demandent même si les directives n’ont pas été dévoilées dans le but de réduire les coûts – un signe du “rationnement” à venir dans le cadre de la réforme des soins de santé. En plus de retarder le dépistage systématique jusqu’à l’âge de 50 ans, les lignes directrices recommandent un dépistage tous les deux ans pour les femmes âgées de 50 à 74 ans. Il est important de garder à l’esprit que cela s’adresse aux femmes sans facteurs de risque connus ; les femmes des groupes à haut risque devraient commencer plus tôt, et il peut être prudent de programmer des mammographies plus fréquentes.

Ajoutant à la confusion, les groupes de cancer sont divisés. La American Cancer Society s’est prononcée fermement contre les nouvelles directives. L’Institut national du cancer, quant à lui, a déclaré qu’il reconsidérerait ses propres recommandations à la lumière de nouvelles études. Certains médecins ont déclaré qu’ils procéderaient avec prudence avant de réviser les conseils de dépistage pour les patients.

Je ne crois pas que les nouvelles directives soient motivées par des considérations politiques, ni qu’elles soient “condescendantes” pour les femmes simplement parce qu’elles remettent en question le stress lié aux biopsies et aux résultats faussement positifs. Les lignes directrices fournissent plutôt un cadre utile pour aider chacune d’entre nous à décider quel est le meilleur moment pour commencer les dépistages et les intervalles auxquels ils doivent être répétés.

Les lignes directrices sont en phase avec les recommandations internationales ; l’Organisation mondiale de la santé recommande de commencer le dépistage à l’âge de 50 ans, et en Europe, les mammographies sont pratiquées tous les deux ans chez les femmes ménopausées et les taux de détection sont similaires à ceux des États-Unis. 

Vous vous dites peut-être : Attendez un instant, est-ce que ce n’est pas mieux plus tôt ? Pourquoi retarder la détection serait-il dans mon intérêt ? Je vais vous expliquer pourquoi, mais regardons d’abord de plus près les lignes directrices, qui ont été publiées par l’US Preventative Services Task Force (USPSTF), un groupe indépendant d’experts en prévention et en soins primaires. 

Les lignes directrices sont une mise à jour de la déclaration de recommandation de l’USPSTF de 2002, qui préconisait des mammographies tous les un à deux ans, à partir de 40 ans. 

Le cancer du sein est la deuxième cause de décès liés au cancer chez les femmes (le cancer du poumon est le numéro un). Selon l’Institut national du cancer, environ 192 370 femmes recevront un diagnostic de cancer du sein en 2009, et 40 170 femmes mourront de cette maladie cette année. Une femme qui a aujourd’hui 40 ans a 1,44 % de chances d’être diagnostiquée d’un cancer du sein au cours des 10 prochaines années.

Pour la mise à jour de 2009, le panel, qui compte désormais différents membres, a examiné le rôle de cinq méthodes de dépistage dans la réduction des taux de mortalité par cancer du sein : la mammographie sur film, l’examen clinique des seins, l’auto-examen des seins, la mammographie numérique et l’imagerie par résonance magnétique. Elle a également commandé deux études :

1.) Un examen systématique ciblé des preuves portant sur six questions sélectionnées relatives aux avantages et aux inconvénients du dépistage.

2.) Une analyse de décision qui a utilisé des techniques de modélisation de la population pour comparer les résultats de santé attendus et les besoins en ressources du début et de la fin du dépistage par mammographie à différents âges et en utilisant des intervalles de dépistage annuels ou bisannuels.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn