Chère maman qui travaille : tu es suffisante 

Les mères du monde entier se demandent… suis-je assez bien ? 

 

Suis-je assez belle ? Est-ce que j’en ai assez ? Je lutte beaucoup avec cette dernière question.

J’adore être invitée à dîner. J’aime passer Pinterest au peigne fin pour trouver des recettes à essayer sur mes hôtes et un troupeau d’inconnus (geste douteux, non ?) J’aime concocter quelque chose de fantaisiste que je ne ferais normalement pas pour juste moi et mon mari. Je suis une extravertie et les fêtes et la cuisine pour des inconnus ne me dérangent pas.

La véritable anxiété se déclenche généralement une heure ou deux avant de me rendre à la fête. Mon esprit s’emballe. Tu n’en as pas fait assez. Tu vas avoir l’air terriblement stupide quand tu n’auras plus de ce truc de pommes de terre-raisins-fromage de chèvre. Personne n’aura de restes ou d’assiettes à emporter. Tu aurais dû en faire plus. Dans mon désespoir de ne pas avoir l’air d’une idiote qui n’a pas pensé aux besoins des gens au-delà du repas de ce soir, je cours au magasin et achète plus d’ingrédients. Je préfère me présenter avec un baril de 50 gallons de mon plat de pommes de terre-raisins-fromage de chèvre plutôt que d’avoir l’air stupide si la ligne de ravitaillement est à sec. À mes yeux, je n’en aurai jamais assez.

Est-ce que j’en ai assez ?

Au moment où j’écris cet article, le coronavirus a mis la plupart d’entre nous en quarantaine à la maison. Si vous êtes comme moi, vous scrutez quotidiennement votre garde-manger et votre réfrigérateur, faisant l’inventaire de ce qui doit être remplacé la prochaine fois qu’une personne nommée de votre foyer s’aventure à l’épicerie pour s’approvisionner.

Je l’admets, le paniqueur de dîner en moi a rêvé de nombreuses possibilités gênantes qui m’ont fait envisager d’acheter un peu plus de pain, de lait et de papier toilette que je sais que je devrais. Je sais que je suis un régime pauvre en glucides, mais que se passerait-il si l’enfer se déchaînait et que je disais “non” à toutes les macaronis au coude qui étaient en promotion ? Mais je résiste. Je sais que j’aurai exactement ce dont j’ai besoin le moment venu. Non pas parce que Food Lion ou Publix ont ce dont j’ai besoin, mais parce que Dieu l’a fait. Il gère les entrepôts célestes et nous rassure en nous disant qu’il fournira toujours.

 

“C’est pourquoi, je vous le dis, ne vous inquiétez pas pour votre vie, de ce que vous mangerez ou boirez ; ni pour votre corps, de ce que vous porterez. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ? Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment pas, ne moissonnent pas, ne stockent pas dans des greniers, et pourtant votre Père céleste les nourrit. N’avez-vous pas beaucoup plus de valeur qu’eux ? L’un d’entre vous peut-il, en s’inquiétant, ajouter une seule heure à sa vie ? Suis-je à la hauteur ?

Peut-être que cette pensée ” je ne suis pas assez ” se met en place lorsque vous essayez de respecter un délai pour le travail, d’aller à un match de foot, de préparer le dîner, d’aider aux devoirs et de passer du temps de qualité avec votre mari le soir. Vous devez trouver un équilibre entre les dîners de travail et les sorties, les séances d’entraînement personnel et les soirées entre filles, et vous vous demandez si c’est suffisant. Suis-je suffisante pour mon entreprise ? Est-ce que je suis suffisante pour mon mari ? Suis-je assez pour mes enfants ?

Vous êtes suffisant ! Vous êtes capable. Mais ce n’est pas parce que vous pouvez et êtes capable d’être super-maman que vous devez le faire. Parfois, nous ne nous sentons pas validés dans tout ce que nous faisons parce que nous en faisons tout simplement trop. Enlevez certaines choses de votre assiette afin de pouvoir trouver la beauté dans chaque jour, afin de pouvoir témoigner de la joie que vous apportez à votre société et à vos enfants.

 

Et le miroir et la balance ?

Si vous avez eu des enfants, il est plus que probable que votre corps a changé. Vous avez des vergetures et une poche qui ne veut pas partir. Vous essayez de perdre le poids de bébé depuis des années, mais la balance ne veut pas y arriver. Les parties de votre corps ne sont plus aussi guillerettes qu’avant et un éternuement peut signifier un changement de vêtements. Et pour couronner le tout, vous voyez d’autres mamans sur Instagram qui semblent rebondir immédiatement après l’accouchement. Est-ce que j’en ai assez ?

 

Vous l’êtes ! Ce n’est pas Instagram, c’est la vraie vie. Votre corps a peut-être changé, il a grandi un autre humain, bien sûr qu’il a changé ! Ces vergetures représentent quelque chose de beau qui s’est passé à l’intérieur de vous.

 

Ne faites pas le deuil de votre ancien corps. Apprenez à apprécier et à accepter le nouveau corps, celui qui a contracté et accouché de la vie!

Vous avez tout compris !

Dans la vie, nous sommes si nombreux à transpirer sur nos capacités à fournir. Nous supposons que nous sommes responsables de fournir un approvisionnement sans fin de tout ce que les autres demandent de nous : amour, tolérance, soutien ou assiettes à emporter. Cette mise en quarantaine a poussé beaucoup d’entre nous à la limite : on nous a demandé d’être mère, soutien de famille, enseignante, gestionnaire de fournitures, épicière, gardienne, et d’avoir toujours l’air bien même si nous avons désespérément besoin d’une coupe de cheveux et d’un câlin. Toi, chère femme, tu es suffisante. Vous êtes la fille du Roi, la source d’amour et de vie à laquelle nos âmes sont continuellement réapprovisionnées.

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn