Les glucides faibles sont-ils mauvais pour l’hypothyroïdie ?

 

[Dernière mise à jour le 9 janvier 2019]

L’hypothyroïdie est de plus en plus fréquente dans les pays occidentaux

 

L’un des principaux symptômes de ce trouble hormonal est un ralentissement du métabolisme et une prise de poids progressive.

Il s’agit d’un problème de santé publique.

Les régimes à faible teneur en glucides et les régimes cétogènes sont apparus comme des approches populaires pour perdre du poids, du moins chez les personnes par ailleurs en bonne santé. Mais il existe une certaine controverse quant à l’innocuité de ces modes d’alimentation pour l’hypothyroïdie.

Cet article passe en revue les preuves scientifiques disponibles.

 

Contenu

Qu’est-ce qu’un régime pauvre en glucides et un régime cétogène ? Les glucides et la santé de la thyroïdeLa réduction des glucides inhibe-t-elle la production d’hormones ? Autres considérations- Contenu

 

Qu’est-ce qu’un régime à faible teneur en glucides et un régime cétogène?

 

Un régime pauvre en glucides (low carb) est tout mode d’alimentation qui limite la consommation de glucides.

 

Le régime occidental standard comporte environ 50 à 60 % de glucides énergétiques, soit à peu près 300 grammes par jour. Les régimes à faible teneur en glucides sont généralement de 30 % d’énergie ou moins, bien qu’il n’y ait pas de critères établis.

 

Cependant, il existe une distinction claire entre un régime pauvre en glucides et un régime cétogène.

Les régimes cétogènes sont des régimes à faible teneur en glucides.

Un régime cétogène (régime céto) est un régime à très faible teneur en glucides qui limite les glucides à moins de 20 à 50 grammes par jour, soit moins de 10 % de l’apport énergétique total.

Les régimes cétogènes sont des régimes à très faible teneur en glucides.

Ce faisant, l’organisme passe aux cétones pour l’énergie – produites à partir des graisses – plutôt qu’au glucose provenant des glucides. D’où le nom de régime cétogène.

 

Résumé : Les régimes à faible teneur en glucides limitent les glucides à moins de 30% de l’apport énergétique total, tandis que les régimes cétogènes les limitent à moins de 10%. Un régime cétogène fait en sorte que le corps passe à l’utilisation des cétones comme énergie, plutôt que du glucose.

Les glucides et la santé de la thyroïde

 

Les hormones thyroïdiennes sont essentielles au maintien et à la régulation du métabolisme glucidique/énergétique (1).

 

A l’inverse, l’énergie (glucose) que nous tirons des glucides est nécessaire pour alimenter la production d’hormones thyroïdiennes.

Les hormones thyroïdiennes sont un élément essentiel du métabolisme.

C’est parce que les parties du cerveau responsables en dernier ressort de la régulation des hormones thyroïdiennes – l’hypothalamus et l’hypophyse – ont besoin de glucose pour fonctionner.

En fait, la principale hormone de régulation, appelée hormone stimulatrice de la thyroïde (TSH), est constituée en partie de molécules de glucose (2).

Il s’agit de l’hormone thyroïdienne.

Cliquez pour agrandir.

En plus de ces rôles importants, l’apport en glucides semble influencer la quantité de T3 qui se transforme en hormone thyroïdienne T4. Ceci est important pour l’hypothyroïdie car la T3 est l’hormone thyroïdienne active qu’il faut augmenter.

 

Il semble que lorsque l’apport en glucides est drastiquement réduit, la conversion de la T3 à partir de la T4 diminue (3).

 

Ceci pourrait s’expliquer par l’interaction possible entre l’insuline et les enzymes qui convertissent la T4 en T3 (1, 4).

 

Résumé : Le glucose et les hormones thyroïdiennes dépendent l’un de l’autre de manière synergique. La quantité de glucides consommés peut affecter la quantité de T3 convertie à partir de T4.

La réduction des glucides inhibera-t-elle la production d’hormones ?

 

Il est connu qu’un état de restriction calorique prolongée ou de jeûne réduit la production d’hormones T3.

 

Ceci se produit pour ralentir le métabolisme, augmentant ainsi les chances de survie lorsque nos ancêtres étaient en période de pénurie alimentaire (6).

La réduction de la production de l’hormone T3 a pour but de ralentir le métabolisme.

Bien sûr, une baisse de la T3 (et donc un ralentissement du métabolisme) est typiquement indésirable lorsque la nourriture est abondante… surtout pour ceux qui ont une thyroïde sous-active.

Dans le cas d’un régime cétogène, la production de l’hormone T3 est réduite.

Un régime cétogène imite la famine ou le jeûne, du moins d’un point de vue métabolique (7).

Ce qui signifie qu’il peut limiter la production de T3 et potentiellement influencer le métabolisme.

Un certain nombre d’études à petite échelle ont montré qu’après une période de famine, une réalimentation avec des glucides – mais pas avec des protéines ou des graisses – normalisait les taux d’hormones thyroïdiennes (8, 9, 10).

Dans l’une des études, les chercheurs ont évalué les effets de la restriction des glucides à différents niveaux (85, 44 et 2% de l’apport énergétique total) sur les hormones thyroïdiennes chez 6 participants masculins en bonne santé.

 

Les résultats ont montré que le régime riche en glucides n’avait aucun impact, alors que le régime très faible en glucides en avait un. Il a provoqué une diminution des taux de T3, une augmentation des taux de rT3 et de T4 libre (8).

Concentrations plasmatiques moyennes de T3 après 11 jours de régime riche en glucides (blanc), de régime de contrôle (gris) et de régime pauvre en glucides (noir) chez 6 hommes en bonne santé. L’* indique un taux de T3 significativement plus faible pour le régime à faible teneur en glucides, ce qui n’est pas souhaitable en cas d’hypothyroïdie.

Ces résultats sont similaires à ceux d’une autre étude où les participants ont reçu un régime hypocalorique de 800 Kcal comprenant soit 0%, 25% ou 100% de glucides, pendant une période de 2 semaines.

Les résultats ont montré que les niveaux de T3 étaient réduits à la fois à partir du jeûne et du régime à 0% de glucides, mais pas à partir du régime à 100% de glucides (11).

Que penser de la réduction des glucides, sans être cétogène ?

La simple réduction de l’apport en glucides à un niveau inférieur à la normale – sans cétose – n’est pas susceptible d’influencer les niveaux d’hormones thyroïdiennes (5).

Une étude portant sur 17 patients obèses soumis à un régime de 440 kcal pendant 3 semaines a révélé que ceux qui suivaient le régime à 1 % de glucides présentaient des diminutions plus importantes des taux de T3 par rapport au groupe à 55 % de glucides (12).

 

Alors peut-être que plus les glucides sont restreints, plus l’hormone T3 est réduite.

Cependant, il faut reconnaître les limites de tous ces essais cliniques que j’ai mentionnés :

Taille minuscule des échantillons Durée relativement courte Tendance à utiliser des personnes obèses, et peut ne pas être applicable aux personnes non obèses. Les études n’étaient également pas spécifiques aux individus souffrant d’hypothyroïdie existante.

Combien directement nous pouvons appliquer les résultats à un homme ou une femme d’âge moyen souffrant d’hypothyroïdie est difficile à dire.

Mais si l’on considère qu’un régime cétogène à long terme peut provoquer d’autres déséquilibres hormonaux (en particulier chez les femmes), cela semble inutilement risqué dans ces circonstances.

Résumé : La restriction calorique sévère semble limiter la conversion de la T3 en T4, ce qui est indésirable en cas d’hypothyroïdie. Des études suggèrent qu’un régime cétogène à très faible teneur en glucides pourrait avoir un effet similaire en raison de la façon dont il imite la famine ou le jeûne (sur le plan métabolique). Cependant, les régimes à faible teneur en glucides modérés sont probablement sans danger.

Autres considérations

Si vous faites de l’exercice fréquemment pendant des périodes prolongées, vos besoins en glucides et en calories seront plus importants que la moyenne.

Il est important d’en tenir compte si vous envisagez de réduire votre consommation de glucides.

En outre, les régimes à faible teneur en glucides sont connus pour augmenter le “mauvais” cholestérol LDL chez certaines personnes, probablement en raison d’une augmentation de l’apport en graisses saturées.

Considérez cela si vous envisagez de réduire votre consommation de glucides.

Considérez cela si vous êtes à risque de maladie cardiaque, et assurez-vous de faire des analyses sanguines de routine.

Comme toujours, il est recommandé de parler avec votre médecin ou votre diététicien avant d’apporter des changements majeurs à votre régime alimentaire.

Résumé

Un régime pauvre en glucides peut aider à la perte et au maintien des graisses, en particulier pour les personnes ayant une thyroïde sous-active.

Les recherches actuelles sur le sujet sont limitées, mais ce régime semble sûr.

Il n’y a pas de risque.

Par contre, un régime très pauvre en glucides ou cétogène n’est pas recommandé.

Les études suggèrent qu’il s’agit d’un régime très faible en glucides.

Les études suggèrent qu’il inhibe la conversion de la T4 en T3 (hormone thyroïdienne active), ce qui est indésirable pour les personnes souffrant d’hypothyroïdie.

Des conseils supplémentaires pour perdre du poids en cas d’hypothyroïdie sont disponibles ici, et un exemple de plan de repas sur deux semaines ici.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn